Fabrice Bapst fängt neuen Weltrekord Graskarpfen mit 34,8 kg (inoffiziell da nicht der IGFA gemeldet) auf Tigernüsse die er mit Carptrack NHDC – das original! präparierte.

Die ersten Bilder dazu gibt es exklusiv nur hier auf den aktuellsten NEWS von www.carp-gps.com!

Die ganze umfangreiche Story in deutsch wird schon bald veröffentlicht.

Carptrack NHDC – das original! gibt es aus aktuellem Anlass zum Vorteilspreis von nur 8,90 € (anstatt 11,90 €) – überzeugen Sie sich selbst und vergleichen Sie!

Hier zunächst die französische Version von Fabrice Bapst:

QUAND LE REVE DEVIENT REALITE!

Il est 20h00, je viens à l’instant de tendre ma dernière ligne. Le bruit d’une carpe qui vient de sauter en bordure donne le coup d’envoi de ma session. C’est parti pour 4 jours et 4 nuits de pêche en espérant prendre quelques poissons si possible et de profiter de ces quelques jours de congés tant attendus.
Le résultat sera bien au-delà de mes pensées.

Vendredi 12 mai, plus que 2 jours à travailler puis 1 semaine de congés tant attendue.
Je vais enfin pouvoir effectuer une petite session sur un plan d’eau de ma région que j’ai l’habitude de fréquenter en début d’année.
Après une session de 3 jours début avril avec quelques beaux poissons à la clé, j’avais hâte d’y revenir. Mais les données étaient toutes autres cette fois-ci.
N’ayant pas eu grand temps pour préparer mon poste avec un amorçage au préalable, je trouve néanmoins quelques heures dans la soirée pour aller voir s’il y avait du monde sur le lac.
A mon arrivée, personne en action de pêche, j’en profite par la même occasion pour amorcer le long d’une bordure à droite de mon poste avec quelques kilos de graines.

Lundi 15 mai, enfin le jour J. Il est 17h30 au moment où j’arrive au lac. Je constate avec joie qu’il n’y a toujours personne. Je monte rapidement ma barque et me rend sur mon poste.

Une fois en place sur le poste, pas de longue réflexion sur la façon de positionner mes montages, car si je veux que toutes les lignes soient en place avant le début de soirée, je n’ai plus trop de temps à perdre. Un montage sera placé sur la bordure amorcée à droite de mon poste à environ 20 mètres du bord dans 1,50 mètres d’eau, 2 cannes seront placées sur des spots à environ 100 mètres du bord et dans 3,50 mètres de profondeur préalablement mémorisé sur mon Carp-GPS lors de ma session en avril et qui ont déjà produit quelques poissons, la 4ème cannes sera placée sur la gauche de mon poste dans une trouée entre les herbes à environ 30 mètres du bord dans 2 mètres d’eau
Les 4 lignes sont eschées avec 2 tiggers préparer avec Carptrack NHDC (le produit et vraiment unique!), les postes sont amorcés avec 3 kilos de maïs chacun et une poignée de tiggers au tour du montage.
Je vais pêcher ainsi pendant 24heures et je verrai bien comment cela évolue.

Il est maintenant temps pour moi de prendre une petite collation tout en regardant le lac où un poisson s’est manifesté par 2 fois le long de la bordure à gauche de mon poste.

21h50, le détecteur de la canne placée sur la bordure amorcée s’emballe. Je prends contact avec le poisson mais celui-ci se décroche après quelques minutes de combat.
Je décide de ne pas reposer le montage afin de ne pas faire trop de bruit sur l’eau avec le bateau surtout que j’ai une autre ligne en bordure, je la replacerai demain.

A peine 2 heures de pêche et déjà une touche, la session commence de la meilleure des manières.
Je suis d’autant plus confiant surtout que le vent du sud qui souffle depuis quelques jours est toujours constant
Je prendre un dernier café avant de rejoindre mon duvet.

23h15, un bip, puis deux bips de retour sur une des cannes placées un des 2 postes mémorisés me sort de mon bedchair. Je me rends à la canne et plus rien.
Je retends légèrement ma ligne car le swinger est un peu descendu. J’attends deux minutes à côté de la canne, mais plus rien ne se passe.
Je décide alors de retourné à mon abri quand mon swinger se détend entièrement.
Je saisis la canne, mouline de manière à tendre la ligne et prend contact. C’est bon, le poisson est bien au bout de ma ligne.
Je saute dans ma barque et me dirige en direction du poisson. Celui-ci fonce en direction du bord.
Je pense immédiatement à un amour blanc, vu la touche que je viens d’avoir leur est propre et qu’il revient à toute vitesse.
Je mouline aussi vite que je peux car il revient à une allure incroyable vers moi.
Il ne doit plus être bien loin, j’aperçois mon arraché qui sort de l’eau. Il est maintenant à hauteur du bateau et tient bien le fond. Cela fait maintenant bien 10 minutes qu’il est à l’aplomb du bateau et je ne l’ai toujours pas vu.
Les autres amours que j’ai pris par le passé remontaient au moins une fois en surface, avant de repartir dans un combat jusqu’à bout de force, mais là rien.
Me suis-je peut-être trompé, ce n’ai peut-être pas un amour mais une carpe?
Une chose est sûr, vu comme ma wildies est pliée et les coups de têtes que je ressent, ce qui est au bout de ma ligne est lourd.
Le vent du sud est maintenant plus soutenu ce qui me fais dériver vers des arbres noyés en bordure, d’autant plus que mon poisson s’y dirige sans que je puisse lui faire changer de direction.
Cela fait maintenant 20 minutes que le combat à commencé, et je n’ai toujours pas vu mon adversaire.
Je ne suis plus qu’à 10 mètres des premières branches, il faut absolument que je le stoppe sinon je vais le perdre. Je mets la main sur la bobine de mon moulinet, et commence à reculer doucement avec la barque.
Je sens ma canne se courbée au maximum, le poisson tire en direction des branches et moi dans l’autre.
C’est bon, le bateau recule et le poisson suit la manœuvre, le vent soufflait de plus en plus fort et j’étais juste à côté des premières branches.
C’est à ce moment là qu’une énorme masse blanche apparaît en surface pour la première fois.
C’est bien un amour, mais pas le temps de le voir correctement, il repart de plus belle mais cette fois dans l’autre sens.
Après un rush de 20 mètres, j’arrive enfin à le faire venir vers la barque.
Il remonte à nouveau et là je le vois enfin correctement.
C’est un vrai monstre, plus de 25kg, c’est sûr. C’est certainement un des spécimens que j’ai vu nagé et que je rêvais d’avoir un jour au bout de ma ligne.
Je prend mon épuisette pour le faire glisser dedans, mais il replonge à nouveau.
Cela fait maintenant 30 minutes que dure le combat et il semble encore avoir de l’énergie.
Je reprend à nouveau les quelques mètres qu’il venait d’effectuer pour essayer de l’épuisé, mais en vain, il repart à nouveau.
3 fois, 4 fois la même chose et la 5ème fut la bonne. Ca y est, il est au fond de l’épuisette.
Je pose ma canne dans la barque et admire la bête au fond de l’épuisette.
Je rejoint la berge, décroche l’hameçon de sa bouche et le place dans un grand sac de conservation tout cela dans l’épuisette sans le sortir de l’eau pour ne pas faire de manipulation inutile car se sont des poissons très fragiles.
Quelques instants après l’avoir mis dans le sac, qu’il avait déjà retrouvé ses esprits.
Je place le sac dans 1,50 mètres d’eau de manière à ce qu’il ne se blesse pas, et le relie solidement avec une corde à un tronc d’arbre près de mes cannes.
Je suis aux anges. Il faut tout de suite que je prévienne mon partenaire de pêche Franck, qui n’a pas pu être de la partie.

Une nuit de folie.

Pas le temps de prendre le téléphone pour lui laisser un message, c’est la 2ème canne placée sur le spot qui déroule.
Une commune de 16kg me rendit visite après un beau combat.

Avant de reposer mes montage, il faut que je prévienne Franck de ma capture.
Dommage qu’il ne soit pas là pour partager avec moi ce moment magique.
Je lui laisse un message en lui disant de passer au plus vite (j’oubliais juste qu’il était déjà plus de minuit), afin que nous puissions le peser car je ne prend pas le risque d’effectuer la pesée tout seul avec un tel poisson.

Je repose mes 2 cannes au même endroit et amorce environ 6 kilos de graines car les poissons sont sur le poste et en activité.

Dès mon retour sur la berge, je vais immédiatement voir si mon amour se porte bien.
Aucun problème, il bouge dans le sac et semble en pleine forme.
De tout façon, s’il y a le moindre problème, je le relâcherai même sans le peser car je ne veux pas le blessé étant donné qu’il est très fragile.
Mais là, tout va bien.

Il est maintenant 01h20, je retrouve mon bedchair mais pas le sommeil (pas étonnant).

15 minutes plus tard, une des deux cannes placées sur les spots mémorisés déroule à nouveau. Je mets une belle miroir de 12,5kg au sec après 10 minutes de combat.

Je replace le montage et amorce à nouveau 5 kilos de graines.

Il est presque 03h00, quand un de mes détecteurs s’emballe à nouveau, toujours le même poste.
Alors que je suis sur l’eau entrain d’épuiser une miroir d’environ 10kg, le détecteur de la 2ème canne placée sur le poste se fait entendre.
Je relâche ma prise et retourne rapidement sur la berge. Je saisis la canne et m’aperçois que le poisson est toujours au bout. Une commune de 11 kg est mise au sec après avoir livré un super combat.

04H15, mes cannes pêchent à nouveau. Je profite de cet instant de calme pour prendre un café.
Après avoir rendu visite à mon amour qui se porte à merveille, je rejoins mon abri.

Un départ violent me réveille en sursaut. Le jour se lève doucement et c’est un petit amour de 6kg qui rejoint le fond de l’épuisette.

Changement de stratégie.

Je suis à peine de retour sur la berge, qu’une nouvelle touche se produit.
Je prend contact avec le poisson mais celui-ci se décroche au même moment.

Je décide alors de changé de stratégie. Vu l’activité qu’il y a sur les 2 postes les plus éloignés de la berge, je ne serai pas assez discret pour pêcher efficacement mes 2 postes de bordures à cause des allers-retours que j’effectue avec la barque.
Je retire alors ma canne qui se situe dans la trouée d’herbe placée en bordure qui n’a pas eu le moindre bip.

J’écarte les piques de mes 2 cannes restantes de manière à mettre la barque au milieu des deux pour être plus efficace lors des touches.

Je les replace chacune ne sur leur poste et amorce 6kg de graines mais sur une surface plus importante.

Après un rapide petit déjeuner, j’en profite pour récupérer de mes émotions de cette première nuit.

Une mélodie me réveil à nouveau, mais c’est celle de mon portable où Franck me prévient de son arrivée.
Juste le temps pour moi de préparer le matériel nécessaire pour effectuer la pesée, qu’il est déjà à mes cotés.

« Alors, cet amour, ça donne quoi »
Je souris et répond :
« C’est un vrai bœuf, +de 25 kg, c’est sûr »
Je me dirige alors vers le sac et le ramène en surface.
Il voit alors la masse qui se cache dans le sac.
Sa grimace et son sourire remplacent ses paroles.

Je sors le poisson de l’eau et le place sur le tapis. Enfin le verdict.
L’aiguille du peson grimpe progressivement : 15, 20, 25 kg est le poisson n’a toujours pas décollé du sol. Le poisson se soulève doucement du sol, 28, 29 et biiiiiiiiiiiiip, un de mes détecteurs se met en branle.
Franck saisit immédiatement la canne et part avec la barque pendant que moi je replace le géant dans le sac et à l’eau.
Après 15 minutes de combat, il ramène un amour de 15kg.
Après une rapide photo, il retrouve son élément.
Fred, un de mes amis carpistes, que j’ai prévenu de ma capture, arrive à ce moment.

Cette fois, je vais enfin connaître son poids. Le peson grimpe à nouveau de la même manière, passe les 30 kg (ma joie était déjà immense à ce moment), monte jusqu’à 35 kg, puis l’aiguille tremble un peu…….et se stabilise à 34kg800 et 1,20m de long.
Enorme, j’explose de joie.

Il est temps pour ce « gros bébé » de retrouver son élément.
Après une rapide séance photos (merci Fred) prises avec les plus grandes précautions et le plus grand soin, je me met à l’eau pour le relâcher.
Il est là, juste devant moi, se déplace de quelques mètres, puis reste immobile devant moi ce qui me permet de l’admirer encore une fois.

Il part doucement vers le large et je ne le quitte pas des yeux jusqu’à ce que je ne l’aperçois plus.

Franck et Fred me félicitent de ma capture et j’en profite pour leur raconter ma première nuit.

Le rythme des touches diminua par rapport à cette première nuit mais je touchais quand même un poisson environ toutes les 6 heures et que j’enregistrais encore par deux fois deux touches en simultanées.

Ma session se limitera ainsi à 3 jours et 3 nuits, vu que mes 60 kg de graines y étaient passées après la 3ème nuit.

Ma session se clôturera par 18 départs pour 16 poissons, 7 miroirs de 6/7,5/9/10/10,5/12,5 et 14kg, 6 communes de 6/8/9,5/11/13/16kg et 3 amours blancs de 6/15kg et 34kg800.

Durant cette session, je suis passé du rêve à la réalité grâce à ce magnifique poisson.
Je souhaite à tous un jour de vivre un tel évènement si magique au bord de l’eau, car ce sont des souvenirs inoubliables.
Fabrice BAPST

Laurent Richet hat wieder zugeschlagen!

„Hallo Max,
ich kehre ich gerade von einer sehr erfolgreichen ein wöchigen Session zurück, bei der wieder einmal der Schlüssel zum Erfolg die Carptrack Monster Boilies waren.
Ich hatte einige sehr schöne Fische bis 23 kg.
Unter den 33 karpfen waren noch Fische mit 19,2 kg und viele Fische zwischen 15 kg und 19 kg.
Erstaunlich war wieder dass die anderen Angler am See gar nichts (!) oder nur sehr wenig fangen konnten!

Viele Grüße,
Laurent“

„Salut Max
Je rentre de sessions avec quelques beaux poissons à la clées prise sur Des appats carptrack monster.
Je te joints des photos 23kg et 19kg 200. Beaucoup de poissons entre 15 et 19 kg durant ma pêche un total de 33 poissons pour une semaine de pêche. Alors que les autres pécheurs NE prenait rien ou trés peux.
Bonne reception
Laurent“

Christian Reese sendete mir eine nette e-mail von seiner Session mit der Jugendgruppe seines Vereins.

„Hallöchen,
und Kompliment an eure Köder-Crew! Ihr hattet Anfang des Jahres ein Testpaket für unsere Jugendlichen geschickt und wir haben ein Nachtfischen daraus gemacht.
Dabei fiel auf, daß die Jungs, die Carptrack Monster und Cold Waters fischten, übermäßig gut fingen!
Dem 2-ten Jugendwart wurde sofort Teichverbot erteilt, nachdem er 11 Karpfen (einen Graser von 118 cm) in Klassen bis 26 Pfund in dieser 24 Stunden Session fing.
Was großen Anklang bei den Teilnehmern fand !
Wir haben uns daran erinnert und Eure Cold Waters jetzt im Sommer gefischt. Dazu Eure Monsters und nur Carptrack Pellets als Futter. Erneut eine super Session!
Die Cold Waters lassen derart viel Bestandstoffe an das Wasser ab, daß Füttern fast unwichtig wurde!
Am Vereinsgewässer kennt man seine Spots, auch was „Sternstunden“ angeht.
Bei Tag (sehr ungewöhnlich bei uns) und bei Nacht, wurden sehr schöne und große Fische gefangen.
Einige Fotos anbei zu diesem Bericht. Wir haben wirklich wenig geschlafen in diesen 4 Tagen, so daß einige kleinere Exemplare von unseren Mädels gefangen und zurück gesetzt wurden! Was allerdings dazu führte das „eine“ über die Sporfischer-Prüfung nachdenkt!
Wir wünschen dir viel Erfolg, Tanja!
…….ach ja zu den Zahlen……15 Fische bis 24 Pfund von mir und 4 von meinem Bruder (der aber nur 6 Stunden mit fischte) und diese auf Eure Imperial Baits Carptrack Amino-Pellets fing………
Das werden wir erneut testen (weil macht unglaublich Spaß), neue Spots werden gerade erschnorchelt ……Fotos folgen !
Christian u. Boris Reese , Jugendabteilung

Und last but not least: Benoit Gueneau!

Hallo Max,
ich bin zurück von 5 Tagen Fischerei unter der Sonne und der Hitze des Südens! Die Taktik war sehr einfach: die Fische zu lokalisieren und in großer Menge mit 30 Kg Boilies in 35mm zu füttern, immer mit der Mischung Carptrack Liver + Carptrack Monster!!!
Zwei Tage auf einem ersten Posten finfg ich folgende Karpfen mit 12, 15,5 und 17 ein Kg. Die drei letzten Tage auf einem anderen Posten 12,5 kg, 15 Kg, 16, 18, 18,5 und 19 Kg.
Ich konnte einige nahrungsreiche Stellen ausfindig machen.
Je mehr Zeit verging um so mehr kamen die karpfen auf das Futter das seine Wirkung jetzt voll entfalten konnte!
Den Höhepunkt hob ich mir für den schlöuss meiner Session auf.
Mit Freude stellte ich fest dass ich endlich Krebse und hartnäckige Weißfische durch die großen Boilies, die ich ebenfalls 15 Tage hart durch trocknen ließ, ausschalten konnte und dabei auch ein überdurchschnittliches Durchschnittsgewicht an Karpfen verbuchen konnte.
Es ist das erste Mal zu dieser Zeit des Jahres, wo alle Fische aktiv sind!
Ich bin froh dass es Köder gibt, die mir erlauben, schöne Fische ohne die Plagegeister zu fangen und dass ist genau das was ich seit zahlreichen Jahren suchte.
Ciao Benoît“

„Salut Max,
de retour de 5 jours de pêche sous le soleil et la chaleur du Sud! La tactique fut trés simple: localiser les poissons et amorcer en grande quantité avec 30 kg de bouillettes en 35mm , toujours avec le mélange Carptrack Liver+ Monster!!!
Deux jours sur un premier poste me rapportèrent 12, 15,5 et 17 kg . Les trois derniers jours, sur un autre poste , 12, 15 kg et 16, 18, 18,5 et 19 kg . J’ai pu noter quelques renseignements riches d’interêts.
Plus le temps avançait plus l’amorcage faisait son effet.
Je fais le plus gros de ma pêche dans ma dernière journée.
J’ai également pu constater avec bohneur que des 35 mm bien dures (15 jours de séchage suffisent) permettaient non seuleument de pêcher sans problèmes au milieu des écrevisses et poissons chat mais également de sélectionner les poissons en terme de poids.
C’est la première fois à cette époque de l’année, où tous les poissons sont actifs, que j’obtiens une telle moyenne de poids!!!
De trés bon appâts, qui me permettent de capturer de beaux poissons sans être emmerdé par les indésirables, c’est exactement ce que je recherchais depuis de nombreuses années.
Ciao
Benoît“

Kommentiere den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here