DE:

Ein besonderer Fall

Ich vergleiche meine Fischerei gerne mit einer polizeilichen Untersuchung:
Wenn Polizisten einen Fall untersuchen, müssen sie stets auf alle möglichen Hinweise achten und dürfen dabei kein Element aus den Augen verlieren, bis sie den Täter überführen können.
Das Gleiche gilt auch für mich. Im Folgenden werde ich Euch alle meine wesentlichen Elemente bis zum Erfolg erklären.

1. Element – Die Jahreszeit

Entscheidend für den Erfolg einer Session ist die Wahl des Gewässers je nach Jahreszeit.

Zum Beispiel: Ich gehe im Winter oder bei zu niedriger Wassertemperatur selten an einen unbekannten Ort, denn bei diesen Bedingungen ist es notwendig die Gewohnheiten der Fische und ihre Aufenthaltsbereiche gut zu kennen. Es ist wichtig Plätze zu kennen, an denen sich die Fische im Winter auch sicher aufhalten. An unbekannten Gewässern ist dies extrem schwer.

2. Element – Der Ort

Ob See, Fluss, Teich oder Kanal, kein Gewässer ist gleich. Informationen und Erinnerungen an vergangene Sessions sind von fundamentaler Bedeutung. Je mehr Erfahrung man an einem Gewässer gesammelt hat, umso höher sind die Erfolgschancen.

Dabei gehe ich immer auf die gleiche Weise vor: Zuerst versuche ich über das Gewässer so viel wie möglich im Netz zu finden (Onlinekarten, Berichte andere Angler, etc.). Sollten Sie doch an einem unbekannten Gewässer fischen, zögern Sie nicht, dies vorher aufzusuchen und die Wassertemperatur zu ermitteln. Ebenfalls gute Informationsquellen sind andere Angler vor Ort. Zudem können Raubfisch-Angler wertvolles Wissen zum Aufenthalt der Fische vermitteln, wie zum Beispiel Aufenthaltsbereiche der Karpfen. Das Vorhandensein von natürlichem Futter kann Rückschlüsse auf das richtige Futter geben.

3. Element – der Spot

Mit den gewonnenen Informationen, kann ich nun wahrscheinliche Spots ausfindig machen an denen Karpfen natürliche Nahrung finden. Nehmen Sie sich die Zeit das Gewässer auf eventuelle Fischaktivitäten zu beobachten. Sollte ich mit dem Boot fischen, verwende ich gerne das Echolot um Kanten und Löcher zu finden. Habe ich einen interessanten Spot gefunden, prüfe ich die Bodenbeschaffenheit immer noch einmal mit Rute und Blei.

Vom Ufer aus ist es unerlässlich mit der Rute zu loten. Grundregel: Lieber etwas zu viel Zeit in das Ausloten investieren als nichts zu fangen.

4. Element – das Tackle

Mein Tackle passe ich gerne jeder Art von Spot an. Als Rig verwende ich gerne Fluorcarbon, probiere aber auch weiches Geflecht oder Kombi-Links. Meine Montagen ändere ich sehr oft, wie zum Beispiel verschiedene Schnur-Durchmesser. Meine Erfahrungen haben gezeigt, dass dünneres Vorfachmaterial mehr Fische bringt. Natürlich nur so dünn wie es die Bedingungen erlauben. Zudem passe ich die Hakengröße immer dem Vorfachmaterial an. Am Besten testet man mehrere Rigs an verschiedenen Orten um zu sehen, welches Erfolg verschafft.

5. Element – der Köder

Beim Angeln mit Boilies habe ich vollstes Vertrauen in die Köder von Imperial Baits. Ich nutze 3 favorisierte Geschmacksrichtungen, welche ich an fast alle Gewässerarten anpassen kann:

Den IB Carptrack Mega.Krill konnte ich bisher leider nur an einem Wochenende testen. Mit ihm konnte ich viele Fische fangen und ich denke, dass dieser auch ganzjährig lockt.

6. Element – das Vorfüttern

Ich habe einen Grundsatz, der meine Sicht der Dinge zusammenfasst:

Besser zu wenig gefüttert als zu viel. Die Futtermenge hängt nicht nur von der Temperatur des Wassers ab, sondern auch vom Karpfenbestand und der verfügbaren Angelzeit. Je kleiner der Bestand der Fische und je kälter das Wasser, umso weniger füttere ich vor. Erst wenn ich Fische fange, bringe ich auch mehr Futter ein.

Meine „Untersuchung“ endet erst dann, wenn ich es geschafft habe alle Elemente zusammen zu fügen und der Schuldige -der Karpfen- gefasst ist.

Ludovic Lafond
Team Imperial-Fishing France


FR:

Les clefs du succès

Il m’arrive souvent de comparer ma pêche à une enquête policière! Lorsque les policiers ont une enquête à résoudre, il leur faut mettre bout à bout tous les éléments qui vont leur permettre de trouver le coupable. Et bien pour moi c’est pareil, il me faut avoir le maximum d’éléments pour la réussite de ma pêche.

1er élément : la saison

Ce qui est primordial pour la réussite de la session, c’est le choix de la destination en fonction de la saison!!!!

Par exemple: je n’aborde jamais une destination inconnue en hiver ou lorsque la température de l’eau est trop froide.

Pour ce type de conditions, il faut bien connaitre les habitudes des poissons et leurs zones de tenue, il est déjà fréquent de faire des capots l’hiver sur des zones ou on est sûr que les carpes sont là donc si c’est en terrain inconnu c’est encore pire….

2ème élément : le lieu!!

Toutes les eaux ne vont pas s’aborder de la même manière, que l’on pêche une rivière, un lac, un étang, un canal …

Les informations que l’on va pouvoir récupérer ou emmagasiner de nos pêches antérieures vont être primordiales.

Pour se faire, je procède toujours de la même manière : d’abord je cherche le max d’info sur le net (carte, topographie, info d’autres pêcheurs, etc..). Dans le cas d’un lieu inconnu, ne pas hésiter à aller sur place prendre la « température », ne pas hésiter à demander aux pêcheurs locaux, même s’ils ne pêchent pas la carpe!!! Beaucoup de mes amis pêcheurs de carnassiers m’ont donné mes meilleurs spots de pêche, car ils se déplacent beaucoup et voient beaucoup de carpes en maraude. La question du cheptel est aussi très importante pour plus tard!! elle nous permettra de mettre en place la bonne stratégie d’amorçage et l’utilisation des bons appâts en cas de présence d’indésirable.

3ème élément : le spot

Avec ces infos, me voilà donc prêt à chercher les zones ou les carpes sont susceptibles de s’alimenter!

Plusieurs étapes sont aussi mises en place, je ne vais pas trop m’étendre sur le sujet, mais ne pas hésiter dans un premier temps à observer et voir ce qu’il se « passe »: voir si les poissons se manifestent : par des sauts, des fouilles …

Ensuite je passe l’échosondeur, si je pêche en bateau, mais je n’hésite pas à peaufiner la cherche avec une pige ou un plomb pour sentir les différents substrats….

Du bord l’utilisation de la canne à sonder est indispensable !! il vaut mieux perdre du temps à sonder, que de ne rien prendre en pêchant de suite !!

4ème élément : les montages

J’aime adapter mes montages à chaque type de spots! J’ai dans ma pochette à bas de ligne, un seul type de montage que je prépare à l’avance, il est en fluorocarbone. Mais si par exemple, je suis sur un lac ou la pêche nécessite un montage en tresse, en combi Link, ou autre…, je n’hésite pas à changer. Je change aussi souvent de diamètre de fluoro si la pêche me le permet, je suis ancien pêcheur au coup, et par expérience j’ai pu me rendre compte que de pêcher plus fin (quand les conditions le permettent!) permettait de déclencher plus de touches, et pour la carpe c’est pareil! Je n’hésite donc pas à adapter la taille des hameçons, du fluoro, de la tresse … pour arriver à trouver le montage gagnant. La présentation de l’appât est aussi très importante: Snow man, équilibré, posé sur le fond … Le meilleur est de tester plusieurs présentations sur différents spots et voir lesquelles sont les meilleurs !

5ème élément : les appâts

J’ai déjà écrit à ce sujet … mais pour moi quand il s’agit de pêcher à la bouillette, j’ai totale confiance à IB !!J’ai 3 parfums qui sont parmi mes favoris et qui me permettent de m’adapter sur presque tous les types d’eau : BIG FISH qui est ma préférée pour la rivière ! La Elite strawberry qui est pour moi la meilleure de toutes, cette bille est prise instantanément par les carpes ! et la scopana qui est une bonne bille quand les fish sont un peu capricieux!!

Et je ne vous parle pas de la Megakrill, je j’ai pu la tester que sur un week end et elle m’a permis de faire beaucoup de touches!! Je pense même qu’elle va m’accompagner toute cette année!!

J’utilise aussi beaucoup les graines, car je suis dans une région ou il y a beaucoup d’indésirables (poissons chats, brèmes, etc…) des graines comme les noix tigrées sont mes préférées!!

6ème élément : l’amorçage

J’ai une phrase qui résume ma vision des choses:

« Il est toujours plus facile d’en remettre que d’en enlever!! »

Il dépendra, comme je l’ai dit plus haut du cheptel, mais pas que, aussi de la température de l’eau et aussi du temps de pêche dont on dispose!

Tous ces éléments sont à prendre en compte: plus le cheptel sera réduit, plus l’eau sera froide et la pêche rapide, plus je mettrais light en amorçage. A l’inverse, si je prévois une session de plusieurs jours en pleine saison quand le cheptel le permet, j’amorce plus lourdement ! Mais d’une façon générale, j’affectionne l’amorçage et la pêche au spot!

Voilà, pour moi mon « enquête » se termine et si j’ai réussi à mettre bout à bout tous ces éléments que je vous ai cités, J’augmente considérablement mes chances de capturer le « coupable » notre chère carpe!!!

Ludovic Lafond
Team Imperial-Fishing France

Kommentiere den Artikel

Please enter your comment!
Please enter your name here